L'Islam est la religion officielle du Maroc, mais la coexistence avec les autres religions est parfaite (la pratique des autres religions révélées est d'ailleurs garantie par la constitution).
 
La journée est rythmée par cinq appels à la prière.
 
C'est le muezzin qui les annonce du haut de son minaret. Pendant le mois du Ramadan, les Marocains jeûnent, cessent de boire, de mager et de fumer du lever au coucher du soleil..
La religion - L'Islam au Maroc
Chiffres
Evidemment, leur quotidien s'en trouve modifié.
 
La plupart des administrations, services publics, monuments et magasins aménagent leurs horaires.
 
Toutefois, les non-musulmans trouvent à manger dans certains restaurants, en particulier dans les hôtels.
 
Les journées se traînent mais que les nuits sont belles !
 
Le Maroc est aujourd’hui un pays presque totalement musulman, beaucoup plus qu’il ne l'a jamais été au cours de son histoire en raison de la quasi-disparition des minorités non-musulmanes dans les années 1950 et 1960.
 
Les musulmans : (98,5 % de la population) sont de rite sunnite malékite comme la plupart des Maghrébins. D’après les statistiques, seul un Marocain sur trois fréquente la mosquée du vendredi.
 
Selon l'article 6 de la constitution « l’islam est religion d'État, qui garantit à tous le libre exercice du culte ».
 
Le chef religieux suprême des musulmans du Maroc est le roi du Maroc Sidi Mohammed VI, qui porte, comme ses prédécesseurs, le titre de « commandeur des croyants ».
 
Bibliographie : des ouvrages sur l'islam au maroc..
Les minorités religieuses
 
Les chrétiens : 1 % (en comptant les colons, ils étaient quelque 5 % il y a un demi-siècle).
 
Les juifs : 0,2 %, soit environ 20 000 personnes . Ils étaient 450 000, il a quatre décennies, soit 4 % de la population de l’époque (ou 300 000 selon d'autres sources). Presque tous ont émigré vers Israël ou vers la France, au début des années 1960. Parmi ceux qui sont restés : des hommes d'affaires et des conseillers du roi que l’on surnomme les « juifs de cour », mais aussi des militants des droits de l’homme comme Abraham Serfaty.
 
Les juifs étaient présents au Maroc dès l’époque romaine (dans le Haut Atlas en particulier), soit bien avant que le pays ne devienne très majoritairement musulman. D'autres sont venus d’Espagne, d’où ils ont été chassés en 1492. Considérés comme des dhimmis, ils étaient soumis à de multiples discriminations. En Israël, où un demi-million de leurs descendants vit aujourd’hui, les Marocains forment une communauté structurée, influente par son poids électoral et qui cultive une certaine nostalgie du Maroc. Le leader de cette communauté, David Lévy, est né à Rabat.
Bibliographie sur le juifs du Maroc.
Les différents «statuts personnels»
 
Au Maroc, la religion détermine le statut juridique de chaque individu : le Code du statut personnel règle des Marocains musulmans. Le statut personnel des Marocains juifs est déterminé par la règle religieuse israélite.
 
Le statut personnel des étrangers est déterminé par leur loi nationale, conformément au dahir du 12 août 1913 sur la condition civile des Français et des étrangers. Les doubles nationaux, les franco-marocains par exemple, ne peuvent pas se prévaloir de leur qualité d’étranger.
 
Réf :  Bibliomonde
العيدين
Pays d'Oppotuntés
00212666154145
Presque toutes les photos du site représentent un lien vers des pages web; cliquez pour y accéder.
Site protégé,  Tous droits réservés copyright  2017
DREAMCHOIX S.A.R.L
About - Conditions - Contacts